Tenou’a 154 – Idées et idéaux du couple juif

© Michel Lascault

לא טוב היות האדם לבדו « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » Genèse 2:18 Dieu l’affirme ainsi dans la Bible: pour créer, pour continuer, pour garder et travailler, il faut être deux. Comment se rencontre-t-on? Comment s’aime-t-on? Qu’est-ce qu’un conjoint idéal? Comment se séparer? La Bible comme la tradition regorgent de couples romantiques, charnels, fidèles, égoïstes, qui s’aiment ou se méprisent, s’attachent ou se séparent, de couples modèles ou illégitimes, endogames ou mixtes, conceptuels ou réels. Dans ce numéro de Tenou’a, des penseurs et des artistes juifs plongent dans l’intimité du couple, dans ses dimensions les plus universelles et intemporelles comme dans ses problématiques nouvelles. ÉDITO VERRE BRISÉ ET MONDE RÉPARÉ Jour de mariage. Sous le dais nuptial dressé, symbole d’un foyer qui se construit, les fiancés se tiennent côte à…

Entretien – Qu’est-ce qu’un couple juif ?

© Benyamin Reich - "Divine Connection"

Comment définiriez-vous le « couple idéal » dans la tradition juive? La tradition juive a une idée très rigide du couple idéal. Les trois valeurs qui président à la formation d’un couple traditionnel sont le yikhous (la lignée), l’étude (pour l’homme) et la richesse (principalement du côté de la femme). Donc les qualités recherchées aujourd’hui concernant l’amour romantique sont complètement absentes de l’idéal traditionnel du mariage. Cependant, à côté de ces valeurs rigides, il y a eu aussi, et depuis bien avant l’époque moderne, des idéaux que je qualifierais d’« idéaux populaires » concernant l’amour romantique. Cela se reflète parfois à travers les cas rapportés par les Teshouvot, la littérature légale, qui montrent comment, dans la réalité, les gens font toutes sortes de choses qui ne coïncident pas nécessairement avec l’idéal social…

Tribune – Interdits de mariage

© Chem Assayag

Tribune par Uri Regev, rabbin et directeur de Hiddush Il y a de cela quelques mois, Sara et Tzachi, jeune couple israélien, publiait sur Facebook son histoire. Ils expliquaient la frustration qui les avait saisis lorsqu’ils s’étaient rendus compte qu’il leur était impossible de se marier dans leur propre pays. Sara a été adoptée par une famille juive américaine à l’âge d’un an. Elle a été convertie au judaïsme par un Beth Din [tribunal rabbinique] massorti. Son engagement et son implication dans la communauté juive l’amenèrent à rencontrer un jeune Israélien, Tzachi, à faire son alya puis à préparer son mariage. Mais bientôt, les jeunes gens apprirent qu’il leur était impossible de se marier en Israël pour une seule et simple raison: à cause de sa conversion massorti, le rabbinat orthodoxe israélien…

ATELIER: La bague au carré

154_atelier

DANS CHAQUE NUMÉRO DE TENOU’A, le rabbin Delphine Horvilleur et le designer Élie Papiernik se réunissent autour d’un invité pour discuter et concrétiser un objet intellectuel ou un concept biblique. Pour cet exercice, nous nous inspirons à la fois de la havrouta – ce mode d’étude à plusieurs traditionnel du judaïsme, de la technique du pilpoul – gymnastique contradictoire des intellects qui permet d’élargir au maximum les champs de la réflexion talmudique, et de la méthode du brainstorming, en vertu de laquelle il n’y a pas de mauvaises idées a priori, et la créativité est encouragée par l’étude intéressée de toutes les pistes, aussi impertinentes soient-elles. Lorsque débute un atelier, chacun a des pistes, des textes, des idées, chacun s’est imaginé où cela pourrait conduire et pourtant, à chaque fois, le résultat est autre, nouveau, loin, très loin de ce que nous…