« La déchirure » – édito du rabbin Delphine Horvilleur

© Eva Charbit

13.11.2015 La déchirure Édito du rabbin Delphine Horvilleur Le premier signe juif du deuil est appelé la Kri’ah, la déchirure. Il s’agit d’un arrachement, d’une encoche faite dans un tissu. À travers ce geste, les endeuillés que nous sommes disent sans recourir aux mots ce qu’est la mort : une fracture brutale des liens qui nous unissent, une rupture dans la fabrique de nos existences. Et le tissu arraché porte à jamais une marque, une absence que rien ne pourra combler, le trou, le manque de tout ce que ces femmes et ces hommes auraient dit, créé, pensé, engendré… Face à ce deuil immense, chacun de nous se demande comment vivre avec le vide effrayant de ces jeunes vies arrachées, comment recoudre les fils de leurs existences à la nôtre, comment tisser…

Parashat Shemot : Je serai – Une religion de l’athéisme ?

© David Ginton " Portrait of God"

Le commentaire de la parasha par David Isaac Haziza est publié cette semaine avec un peu de retard pour des raisons techniques. Je serai – Une religion de l’athéisme ? Et si dans une « simple » divergence de traduction résidait le secret de deux mille ans de conflits religieux ?   Moïse, exilé dans le désert du Sinaï, loin de l’Egypte et des Hébreux, fait paître les troupeaux de son beau-père, prêtre de Madian. Il est alors témoin d’un prodige : le fameux buisson ardent. « Et lui apparut un ange de l’Eternel dans une flamme de feu au milieu d’un buisson. Et voici : le buisson brûlait au feu mais ne se consumait pas ! Moïse se dit : ‘Je vais m’approcher pour voir ce grand phénomène, pourquoi le buisson ne brûle pas !’ L’Eternel vit qu’il s’approchait pour regarder,…

« Car vous avez été étrangers » – Nouveau numéro de Tenou’a

©-Johanan-Herson-'Faces'

« Car vous avez été étrangers » Découvrez le nouveau numéro de Tenou’a. Avec notamment l’ambassadrice d’Israël en France Aliza BIN NOUN, Jacques ATTALI, Émilie FRÈCHE, Serge HEFEZ, Amos GITAÏ, Alma BRAMI, Arno KLARSFELD, Assaf SHOSHAN, Marc-Alain OUAKNIN… Écouter l’émission de Judaïques FM du 19 janvier avec Delphine Horvilleur consacrée à ce numéro de Tenou’a Lire l’édito du rabbin Delphine Horvilleur : « 13.11.2015, la déchirure » Lire l’entretien avec le psychiatre Serge Hefez : « Qui a peur du Grand méchant l’Autre? » Consulter le sommaire de ce numéro Recevoir ce numéro chez vous ou l’acheter en librairie

Yentl et le divan de Shlomo Sigmund Freud (1)

© Ric Meric - "Sigmund Freud facing his bust"

Yentl is back – Épisode 7 – Un feuilleton littéraire de Sonia Sarah Lipsyc Yentl et le divan de Shlomo Sigmund Freud (1) Yentl s’est échappée du texte d’Isaac Bashevis Singer, son auteur, et nous raconte ses aventures. Elle a choisi Sonia Sarah Lipsyc comme porte-plume qui rapporte ici fidèlement ses conversations avec Yentl. Dans « Yentl et le divan de Shlomo Sigmund Freud », Yentl relate ses visites dans la vie Freud qu’elle a suivi de sa naissance à ses funérailles, en passant par sa bar mitsva et son mariage. Yentl lui fait part aussi de l’étude qu’elle eut avec Freud sur le traité talmudique Berakhot, des bénédictions, qui traite notamment des rêves.   – Freud !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et tu ne m’as rien dit ?! J’avais beau être un personnage évadé des pages d’une…

Hanoukka : Nous sommes tous des Juifs hellénisés

gettyimages-3164579

Un commentaire par David Isaac Haziza C’est Hanoukka ! Parlons donc un peu des Grecs… Jérusalem contre Athènes : n’est-ce pas ce qu’on entend parfois au sujet de la Fête des Lumières ? C’est à tout le moins le credo « orthodoxe ». Baroukh Hashem, nous sommes pourtant tous des Juifs hellénisés, de ceux qui aiment la pensée, juive ou autre, à ceux qui prêtent le serment d’Hippocrate en passant par ceux qu’intéresse la politique ou les amoureux de la littérature, du cinéma, de la musique ou même par les auteurs des deux livres des Macchabées qui, après tout, furent écrits en grec et nous racontent la victoire et le miracle de Hanoukka…. À des degrés divers bien sûr, mais il reste que personne ne voudrait d’un judaïsme qui ferait la guerre à la Vénus de Cnide,…

« Rending » – Editorial by Rabbi Delphine Horvilleur

© Eva Charbit

Nov. 13, 2015 Rending Editorial by Rabbi Delphine Horvilleur In Judaism, the first sign of grief is the Kriah, or rending of garments. This gesture, in which the fabric of clothing is torn, is an expression of what death is. It is a way by which we who are submerged in mourning can express, without words, the abrupt breaking of the bonds that unite us, the rending of the fabric of our lives. The torn cloth is forever marked by an absence that cannot be filled: a hole that is the lack of everything that these men and women would have said and done, created and thought, brought about and engendered… When confronted by such immense grief, we wonder how it can be possible to continue to live with the terrifying emptiness of…

Parashat Vayishlah: Jacob, l’ange et les rabbins

© Toby Cohen

Le commentaire de la parasha par David Isaac Haziza est publié cette semaine avec un peu de retard pour des raisons techniques. Jacob, l’ange et les rabbins Je veux dédier cette étude aux victimes innocentes de la barbarie religieuse, d’une guerre prétendument sainte que des démons ont lancée sur mon pays, le pays des Droits de l’Homme, le pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, sur l’humanité entière donc, au nom d’un néant qu’ils appellent Dieu. « Jacob resta seul et un homme s’agrippa à lui jusqu’au lever de l’aube. (Genèse, 32 : 25) « Que ta maison soit un lieu d’asile pour les sages et agrippe-toi à la poussière de leurs pieds… » (Pirkei Avoth, I, 4)   Vayishlah’ est la parasha de la vocation d’Israël comme Lekh lekha est celle de la…