Réhabilitons la honte

David-Ginton,-Burying-One's-Head-in-the-Sand,-1974,-black-and-white-photograph_SQ

Tribune d’Antoine Strobel-Dahan, rédacteur en chef de Tenou’a Modestie, pudeur, humilité vestimentaire, ces idées ont pris de l’importance, parfois une place centrale dans un certain discours religieux, juif notamment, depuis quelques années. Dans le judaïsme, on appelle cela la tsniout. Les initiatives les plus absolues – les plus incongrues – se succèdent dans une surenchère créative de vertu ostentatoire. On pourrait dresser une liste sans fin de ces inventions dont le but premier est d’affirmer la petitesse du mâle qui n’aurait de contrôle sur aucune de ses pulsions. Corollaire de ce postulat : l’enfermement symbolique de la femme, même toute petite, au nom de sa grandeur et de sa dangerosité intrinsèques. Sans citer chacune de ces créations législatives, on peut néanmoins rappeler le développement de l’habillement tsniout le plus strict obligatoire pour…

Les juifs aiment-ils trop le sexe ?

© Michael Ajerman, "Shoulder", Oil on Linen, 2013, Private Collection

Parmi les nombreux clichés antisémites, on en trouve deux, contradictoires, qui touchent à la sexualité: les juifs seraient obsédés par le sexe ou, au contraire, ne manifesteraient pour la chose aucun intérêt. L’historien américain du judaïsme David Biale, auteur de Eros juif, revient sur l’histoire de ces clichés. L’idée que les juifs seraient sexuellement hyperactifs ou, à l’inverse, des parangons de pudeur, a une origine historique précise. C’est en fait un produit de l’antisémitisme de type racial, apparu avec la peur de l’intégration des juifs aux sociétés européennes. L’antisémite racial redoute le Juif qu’il ne peut reconnaître plus encore que celui qu’il reconnaît ; son pire ennemi est le Juif converti ou celui qui lui ressemble en tout point. Car c’est ce Juif-là qui peut inséminer la politique du corps de la…

Parashat Houkat : Le mystère de la vie

« Having Trouble to Pray # 03 » © Moico Yaker

Le commentaire de la parasha par David Isaac Haziza Le mystère de la vie   Dans la parasha de cette semaine, Houkat, figure l’une des lois les plus mystérieuses, du moins selon la tradition, qui aient été données au peuple juif : celle de la vache rousse. « Voici un statut de la Torah (hukat haTorah) qu’a ordonné l’Éternel en disant : Dis aux enfants d’Israël de se prendre une vache rousse, intacte et sans aucun défaut, qui n’ait pas encore porté le joug. »[1] La vache en question devait être sacrifiée, puis entièrement brûlée et ses cendres étaient mêlées à l’eau lustrale, mei nidda[2], laquelle purifiait les membres de la communauté devenus impurs par le contact avec un cadavre, source fondamentale d’impureté rituelle (av avot hatuma, « père des pères d’impureté »). Les cendres de la vache…

Le rabbin et le philosophe faits chevaliers

Delphine Horvilleur et Abdennour Bidar - DR

Mercredi 12 juillet, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation Nationale, a remis les insignes de chevalier de l’ordre national du mérite au rabbin Delphine Horvilleur, directrice de la rédaction de Tenou’a et à Abdennour Bidar, philosophe promoteur d’un islam moderne et éclairé. Au cours d’un discours émouvant, la ministre a salué les parcours et les engagements de ces deux personnalités qui œuvrent avec rigueur, compétence, honnêteté et bienveillance à un respect mutuel dans la religion et la laïcité, à une connaissance exigeante et au maintien et au renforcement du lien social. Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Après un départ à 17 ans pour un kibboutz en Israël, elle intègre la faculté de médecine de l’Université hébraïque de Jérusalem. Elle quitte ces études pour intégrer le CELSA, école de journalisme rattachée à l’Université…

Mort d’Élie Wiesel : « Il fallait que je dise pour continuer à vivre »

1c125f8107fa8d743065234384042b09

“Juifs, écoutez-moi ! C’est tout ce que je vous demande. Pas d’argent, pas de pitié. Mais que vous m’écoutiez !” * * Elie Wiesel, La Nuit, Éditions de Minuit, 2007 L’équipe de Tenou’a a appris avec un profond chagrin la mort d’Elie Wiesel ce shabbat Shelah Lekha. Au printemps 2014, Elie Wiesel avait accepté de commenter le numéro hors-série de Tenou’a pour Yom HaShoah autour du travail d’Ethel Buisson, « À la rencontre de mon grand-père ». Après avoir infatigablement témoigné, après avoir parlé, écrit, après avoir lutté si longtemps pour la mémoire de la Shoah, contre l’indifférence et l’injustice, celui qui était devenu Prix Nobel de la Paix en 1986 s’est tu. Procès au témoin de Klaus Barbie, il avait aussi tenté de sensibiliser l’administration américaine aux massacres de Bosnie. Sioniste discret, il avait refusé la présidence de l’État…

Parashat Shelah Lekha : Et vous serez saints

Esti Weinstein ז״ל

Le commentaire de la parasha par David Isaac Haziza Et vous serez saints « Ainsi vous vous rappellerez et vous pratiquerez tous mes commandements, et vous serez saints pour votre Dieu. » Nombres, 15 : 40 « Laurent, serrez ma haire avec ma discipline, / Et priez que toujours le ciel vous illumine. » Molière, Tartuffe, III, 2   Le monde juif a été secoué cette semaine par le suicide, en Israël, d’une ancienne membre de la secte hassidique Gur. Esti Weinstein, retrouvée morte dans sa voiture, a laissé un livre, une sorte d’autobiographie qui détaille de manière poignante les tortures morales infligées aux femmes par ces très saints hommes. Les hassidim de Gur, assez peu connus en France, constituent en Israël la communauté hassidique la plus nombreuse : ils seraient treize mille familles environ. Avec Habad, ils…