9 Av : Gémis, Sion et ses cités

© Andi Arnowitz, "Delicate balance"

Un commentaire de David Isaac Haziza Tisha beAv Gémis, Sion et ses cités   Tisha beAv, le 9 Av, est le jour qui scella le destin du peuple juif. Les deux Temples y furent successivement détruits, ce qui entraîna à chaque fois la fin de l’indépendance israélite et l’exil ; par la suite, ce jour, avec son cortège de massacres et de catastrophes, demeura étrangement sinistre : l’expulsion des Juifs d’Angleterre en 1290 et celle d’Espagne deux siècles plus tard, le massacre d’York et l’attentat de Buenos Aires qui, en 1994, coûta la vie à plus de quatre-vingts personnes, le début de la déportation des Juifs de Varsovie vers Treblinka, la rafle du Vel d’Hiv et nombre d’autres événements tragiques eurent lieu à Tisha beAv ou pendant Bein hametsarim, le deuil de trois semaines…

Parashat Masei : Le sceau du premier homme

© Ruud Van Empel, Generation#3

Le commentaire de la parasha par David Isaac Haziza Le sceau du premier homme   « Quiconque tue une personne sera exécuté s’il y a eu des témoins, mais un témoin unique ne saurait suffire à une sentence de mort. »[1] La parasha de Masei énonce notamment les règles fondamentales du droit criminel hébraïque. On le sait déjà car cela a été dit dès la Genèse : qui tue un homme est passible de mort. La spécificité de la Bible est d’étendre cette disposition au meurtre de tout homme, esclave compris, aux femmes, aux pauvres, et de constituer une justice à cet égard égalitaire. Le paradoxe de notre rapport à ces textes est que si nous sommes aujourd’hui opposés à la peine de mort, c’est que nous croyons en la sacralité de la vie humaine,…