Leonard Cohen, Le voici

leonard-cohen

Un malheur n’arrivant jamais seul, nous avons appris ce matin au réveil la mort de Leonard Cohen. Sorti tout récemment, le dernier album de Leonard Cohen annonçait déjà ce triste jour : dans You Want It Darker, le chanteur se disait prêt pour la mort : Hineni, Hineni, I’m ready my Lord… Me voici, me voici, je suis prêt mon Dieu À 82 ans, le chanteur juif canadien nous quitte riches de son oeuvre nourrie de tendresse, de spiritualité, de gravité et du questionnement permanent de Dieu. Avec ses chapeaux à bords courts, sa voix profonde devenue caverneuse, à la fois très présente et déjà en partance dans son dernier album, avec son élégance sobre et sombre, avec ses tubes et ses chansons moins connues, Leonard Cohen a pénétré le coeur et les larmes de…

Parashat Noah : A History of Violence

© Zamir Shatz

Le commentaire de la parasha par David Isaac Haziza A History of Violence D’Adam à Noé, la Genèse nous raconte l’homme poussé à l’envie puis à la violence et à la cruauté par le manque auquel il est soumis. Dieu l’a séparé en deux : le masculin et le féminin, désunis, complémentaires ; il voudra toujours, dès lors, « se retrouver », fût-ce au prix de la relation même car s’« il n’est pas bon à l’humain d’être seul »[1], nombre d’individus croient devoir substituer à cette solitude une fusion mortifère. Dans l’engloutissement du « fruit », c’est-à-dire dans la quête morbide de l’unité primale, étaient déjà contenus le premier meurtre, et toutes les rapines, tous les massacres, la génération du Déluge, intensément violente, et celle de Babel qui devait faire passer sa violence renouvelée pour civilisation, et le déni…

Drasha du Rabbin Delphine Horvilleur – Parasha Lekh Lekha

© Ronen Siman Tov

LEKH LEKHA: le sondage erroné et la loi de l’imprévisible… En ce soir de Shabbat, à l’heure de prononcer une Drasha hebdomadaire, j’aimerais vous livrer une information « confidentielle ». J’aimerais vous expliquer comment les Rabbins rédigent leur Drasha hebdomadaire. Parfois, les Rabbins ne préparent rien et improvisent. Parfois le vendredi, quelques heures avant l’office, ils décident de ce dont ils vont parler, de la façon dont ils vont se tourner vers leur communauté et du thème qu’ils vont développer, en fonction de la Parasha de la semaine ou de l’actualité. Et puis parfois, bien à l’avance, ils ont une idée très claire de ce dont ils vous parleront tel ou tel Shabbat. Et bien, chers amis, sachez que c’est précisément ce qu’il m’est arrivé il y a quelques jours. En tout début de…