À chaque Rosh Hodesh, chaque début de mois du calendrier juif, Chem Assayag nous propose une image et un texte, son interprétation du mois à venir.

« J’ai parcouru une année entière en illustrant le calendrier (de Shevat à Tevet, à cheval sur 5777/5778), logiquement le projet devait donc s’arrêter. Mais évidemment les choses sont toujours plus complexes qu’elles le paraissent.

Le calendrier est par essence un marqueur du temps cyclique, récurrent, infini, du temps qui ne cesse qu’avec la mort.  Poursuivre le projet était donc une manière de se placer du côté de la vie, d’en explorer encore la trame et d’en faire partager les battements.

Mais si les mêmes mois défilent dans nos existences ils n’en sont pas moins différents. Il fallait donc garder le principe – une oeuvre pour chaque mois, au moment du Rosh Hodesh  -, tout en le renouvelant* ; désormais c’est un texte qui sera associé à chaque mois, qui l’ouvrira. Il pourra être complété par une image mais qui sera seconde et non pas première.

L’ambition elle reste inchangée : vous aider à suspendre le temps, pour mieux saisir l’importance de la vie. »

Chem Assayag, 2018

* Merci à Antoine Strobel-Dahan qui a proposé cette modalité

 

« Dans nos sociétés contemporaines, nos vies sont happées dans le flux de l’immédiateté, de l’instantanéité, du continu, tandis que le temps cyclique – celui du « temps qu’il fait » –, marqué par les saisons, semble déréglé. Dès lors, le calendrier peut paraître inutile, désuet ou anachronique.

Mais c’est justement ce qui en fait l’intérêt ; car revenir au calendrier c’est faire une pause, se pencher sur notre histoire, réinterroger les rites et les fêtes, se souvenir des symboles. C’est l’objet de ce projet photographique.

Projet excitant et vrai défi : comment être original ? Comment ne pas être dans la simple illustration (une Soucca, des Tefilin, le Kotel, une assemblée en prière…) ? Comment donner à penser et pas seulement à voir ?

C’est ce que je tente ici en proposant une photographie pour chaque mois du calendrier hébraïque qui est publiée au moment de Rosh Hodesh. Ces images  vous paraîtront parfois étranges ou éloignées d’une tradition littérale, mais je l’espère toujours intrigantes et stimulantes ; et alors vous vous y arrêterez quelques secondes. J’aurai alors réussi à suspendre un peu le temps, à vous faire tourner une page du calendrier. »

Chem Assayag, 2017

Rosh Hodesh

 

Sivan 5778

Sivan © Chem Assayag

Sivan © Chem Assayag

 


 

Iyar 5778

Iyar © Chem Assayag

Iyar © Chem Assayag

 


 

Nisan 5778

nisan5778

Nisan 5778 © Chem Assayag

 


Adar 5778

Adar © Chem Assayag

Adar © Chem Assayag

 


Shvat 5778 

Shvat © Chem Assayag

Shvat © Chem Assayag

 


Tevet 5778

Tevet © Chem Assayag

Tevet © Chem Assayag


Kislev 5778

Kislev © Chem Assayag

Kislev © Chem Assayag


Heshvan 5778

"Heshvan" © Chem Assayag

« Heshvan » © Chem Assayag


 Tishri 5778

Tishri © Chem Assayag

Tishri © Chem Assayag


 Elul 5777

Elul © Chem Assayag

Elul © Chem Assayag


Av 5777

Av © Chem Assayag

Av © Chem Assayag


 Tammouz 5777

Tammouz © Chem Assayag

Tammouz © Chem Assayag


 Sivan 5777

Sivan © Chem Assayag

Sivan © Chem Assayag


Iyar 5777

Iyar © Chem Assayag

Iyar © Chem Assayag


 Nissan 5777

Nissan © Chem Assayag

Nissan © Chem Assayag


 Adar 5777

"Adar" © Chem Assayag

« Adar » © Chem Assayag


 Shvat 5777

Shvat © Chem Assayag

Shvat © Chem Assayag