Dans le judaïsme libéral, des femmes sont rabbins depuis plusieurs décennies. Dans le monde orthodoxe, ce phénomène est plus récent. Ruth Balinsky Friedman, 29 ans, figure parmi les premières: “Maharat” depuis 2013, elle exerce à la synagogue Ohev Sholom à Washington, aux États-Unis. Elle explique son rôle à Tenou’a.

RABBIN, RABBA OU MAHARAT ? COMMENT APPELLE-T-ON LES FEMMES RABBINS DANS LE MONDE ORTHODOXE ?

Ruth Balinsky Friedman fait partie de la première promotion de femmes à avoir reçu une ordination orthodoxe. Ces trois femmes ont reçu, en 2013, le titre de maharat, un acronyme des termes hébraïques manhiga hilkhatit rukhanit toratnit, une autorité féminine dans les domaines légal, spirituel et de la Torah. Une description de poste plutôt qu’un titre décerné après quatre ans d’études intenses.

En 2009, le rabbin new-yorkais Avi Weiss avait accordé sa smikha (le titre de rabbin) pour la première fois à une femme, Sara Hurwitz. À l’issue d’une cérémonie publique très médiatisée, Hurwitz reçut le titre de rabba, féminin de rav. Il semble que certains milieux orthodoxes aient davantage été froissés par le titre que par la formation et l’autorité rabbiniques désormais conférées à des femmes. Le titre changea l’année suivante. La Yeshivat Maharat porte donc le nom de celles qu’elle ordonne. Ce qui ne l’empêche pas de définir les maharat comme membres du « clergé orthodoxe » et de faire état de leurs fonctions rabbiniques. Mais il est vrai qu’elles ne comptent pas dans un minyan et ne participent pas de manière égale aux offices. Pour le reste, à en croire la maharat Ruth Balinsky Friedman, rabbins et maharat ont des rôles similaires et égalitaires.

… Vous avez lu gratuitement l’introduction de cet entretien. Pour lire l’entretien dans son intégralité sur la version en ligne de ce numéro de Tenou’a et recevoir chez vous tous les numéros dès leur sortie, abonnez-vous pour 35 euros par an seulement.
Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnez-vous
© Tal Mazliach 2013 – Courtesy of Alon Segev Gallery, Tel Aviv pour l’oeuvre en tête de cette page

L'auteur

Entretien réalisé par Brigitte Sion