Voyage au pays de l’intégration

ENTRETIEN AVEC S.E. ALIZA BIN NOUN, AMBASSADRICE D’ISRAËL EN FRANCE

Israël est un pays qui s’est donné pour vocation, pour essence, d’accueillir des femmes et des hommes venus du monde entier et qui, par-delà leur judaïsme commun, l’ont rejoint chargés de leur propre religiosité, de leur propre culture, de leur propre singularité. Comment créer un pays uni à partir d’une mosaïque infinie? Tenou’a a posé la question à la nouvelle ambassadrice d’Israël en France.

Aliza Bin-Noun, ambassadrice d’Israël en France

ISRAËL A ÉTÉ IMAGINÉ COMME UNE TERRE D’ACCUEIL POUR LES JUIFS DU MONDE ENTIER. COMMENT SES FONDATEURS ONT-ILS APPRÉHENDÉ L’INCROYABLE DIVERSITÉ DES JUIFS QUI ALLAIENT VENIR PEUPLER LE NOUVEAU PAYS ?

La création d’un État juif fut le rêve de tous les Juifs durant des siècles. Ce rêve de retour est une force en chacun de nous qui peut sans doute expliquer que nous ayons pu intégrer depuis 1948, des millions d’émigrés juifs venant de plus de cent pays, parlant près de quatre-vingts langues. Ce melting-pot d’ethnies, de cultures, de religions et de modes de vie a fusionné pour créer une seule société. Ce rêve de retour à Sion, Jérusalem, est devenu notre hymne, la Tikva, « l’espoir ».

Pour le concrétiser, Théodore Herzl, Eliezer Ben Yehuda, Ahad Haam et bien sûr le père fondateur d’Israël, David Ben Gourion, se sont interrogés sur les différentes manières d’intégrer des populations d’origines, de culture, de langue et d’histoires différentes à travers un même creuset. C’est ainsi que la religion, l’éducation, la langue, le service militaire sont devenus des moteurs d’intégration qui ont permis à cette diversité de se rencontrer et de s’unir autour d’un même dessein, la création de l’État d’Israël, son développement et sa défense. Un Juif nouveau est né en Israël, le Sabra. Le retour à la Terre souhaité par le fondateur de l’État d’Israël, David Ben Gourion a forgé un Juif fort, un pionnier qui ne se définit plus à travers la diaspora mais à travers la terre d’Israël.

 

PLUS CONCRÈTEMENT, QUELS MOYENS PRATIQUES SONT MIS EN PLACE AFIN DE CRÉER UN SENTIMENT D’UNITÉ ENTRE TOUS CES IMMIGRANTS AUX ORIGINES SI DIFFÉRENTES ?

La religion juive est un premier point d’union. Israël est un État juif, l’État du peuple juif. Israël a été défini par les pères fondateurs comme une terre d’accueil pour tous les Juifs du monde. Chaque membre de la communauté juive peut venir s’installer en Israël et bénéficier de la nationalité israélienne. Un ministère de l’Intégration est entièrement dédié à l’accueil des nouveaux migrants afin qu’ils puissent bénéficier, au mieux et dès leur arrivée, de subventions, de logements ou de formations professionnelles. L’État d’Israël est l’un des seuls pays à disposer d’un Ministère de l’Intégration. À leur arrivée, ces immigrants ne sont pas considérés comme des réfugiés, mais comme des frères. Des frères qui rentrent chez eux, et qu’il faut aider, intégrer au mieux. C’est peut-être l’une des clefs de ce sentiment d’unité que vous évoquez.

La langue est aussi vecteur d’intégration. Les oulpanim, ces écoles d’enseignement de la langue sont des éléments prioritaires, afin que chaque nouvel immigrant puisse, au plus vite, s’intégrer et s’épanouir de manière indépendante au sein de la société israélienne.

L’Éducation est aussi privilégiée en Israël. Chacun peut accéder à l’éducation et aux études de son choix, sans conditions de ressources et d’origines. Un souci d’égalité et de défense des droits des minorités que nous partageons avec la France. La liberté de culte est ainsi protégée et inscrite dans notre déclaration d’Indépendance. Tous les croyants peuvent librement exercer leur religion et accéder à leurs lieux de cultes.

Le Service militaire constitue l’une des étapes majeures de la vie des Israéliens. Une étape nécessaire. Car la menace unit aussi les Israéliens. Israël est un pays qui vit sous la menace des attentats terroristes et des multiples guerres qui appellent à sa destruction. L’Armée permet en même temps aux jeunes Israéliens, hommes et femmes, de se rencontrer, d’apprendre à se connaître et à vivre ensemble. Tsahal permet ainsi à chaque génération d’Israéliens de dépasser les différences, au travers d’un projet unique et fédérateur : la défense de notre pays.

 

CETTE ORIGINE MIGRATOIRE DE LA POPULATION ISRAÉLIENNE REND-ELLE LE PAYS PLUS SENSIBLE ET PLUS OUVERT À L’ÉTRANGER EN GÉNÉRAL, JUIF OU NON-JUIF ?

Israël est en effet un État juif mais son expertise en matière d’intégration a valeur d’exemple et est, sans doute, universelle. Israël est par essence une Terre d’accueil. Selon l’OCDE, Israël est considéré comme l’un des États disposant des meilleurs vecteurs d’intégration.

Le judaïsme est aussi une manière de penser très ouverte sur le monde. Les valeurs juives s’expriment dans l’ensemble de la démocratie israélienne. Rappelons que dès 1948, la Déclaration d’Indépendance proclamait qu’Israël « assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction de croyance, de race ou de sexe ; il garantira la pleine liberté de conscience, de culte, d’éducation et de culture ; il assurera la sauvegarde et l’inviolabilité des Lieux saints et des sanctuaires de toutes les religions ». Portée par ces valeurs, la Coopération internationale est devenue une institution israélienne. Israël se rend partout dans le monde pour aider les plus démunis quand frappe un tsunami, un tremblement de terre ou un attentat. À Haïti, en Turquie, au Népal, au Kenya, en Afrique, par l’intermédiaire du Mashav, cette agence israélienne de coopération internationale, Israël forme des collègues africains, asiatiques, arabes, palestiniens dans les domaines de l’environnement, agricoles, scientifiques, médicaux, et partage son savoir-faire, pour le bénéfice de tous.

Read this article in English – Lire cet article en anglais

 

© Ohad Matalon, "Fire inscription ceremony", 2006

© Ohad Matalon, « Fire inscription ceremony », 2006