Par Alain Granat, fondateur de Jewpop

Quand Virginie Guedj, aka The SefWoman, m’a demandé de lui écrire quelques lignes sur son spectacle, précisant « tu peux m’envoyer ça demain première heure? », je me suis d’abord dit « on est dimanche, je sais bien qu’elle a fait son alya mais elle se fout de ma gueule ou quoi? »

Ensuite j’ai repensé à tous ces lundi soirs où j’attendais, tel Bernadette Soubirou l’apparition de la Vierge à Lourdes, sa chronique hebdo qui devait être publiée le mardi matin sur Jewpop, et à mes messages la traitant de tous les noms pour son retard et ses excuses foireuses. Passons, car comme diraient nos amis pétainistes, tout ça, c’est du passé. Je dois vous avouer que ma spécialité, c’est quand même d’écrire sur des spectacles, films, livres, disques… que je n’ai ni vu, lu ou écouté. Les dossiers de presse sont en général très bien faits pour ça, il suffit ensuite de changer quelques virgules et hop, tout le monde est content.

Là, je suis un peu coincé parce que Virginie ne m’a pas envoyé le dossier de presse de son One Woman Show « Libre », que j’ai néanmoins vu il y a quelques mois. J’aurais tout simplement pu écrire « Vous l’avez aimé dans The SefWoman, vous allez l’adorer dans Libre ! », mais c’est un peu court pour exprimer ce qu’est le talent de Virginie Guedj.

Je vous dirai simplement que la découvrir pour la première fois sur les planches m’a bouleversé, tel un père qui mène sa fille à la Teba pour son mariage. Virginie, c’est un peu mon bébé, et je dois avouer que la voir prendre ses ailes sur scène m’a terriblement ému et surtout fait rire aux larmes. Elle a tout d’une grande, pour paraphraser une célèbre pub. Et puis une artiste qui réussit à associer poème de Du Bellay et levrette mérite vraiment tout mon respect et toute mon admiration.


LIBRE, Virginie Guedj au Théâtre du Gymnase Marie Bell, Paris 10, les 4, 5 et 6 juin

Réservations:
– 01 42 46 79 79
BilletReduc
Théâtre du Gymnase