Violences conjugales: le lourd silence

Entretien avec Nicole Silber, présidente de « NOA – Oser le dire »* À la suite d’une enquête qui constatait l’existence de violences conjugales au sein de la communauté juive dans les mêmes proportions que dans le reste de la société, la Wizo et la Coopération Féminine ont décidé, en 2007, d’ouvrir une ligne d’écoute anonyme. Quelles sont les missions et les activités de « NOA – Oser le dire? » NOA signifie « Nommer, Orienter, Aider ». Aujourd’hui, notre rôle essentiel est d’écouter les femmes qui appellent la permanence téléphonique. Ce sont des femmes qui n’ont jamais parlé des violences qu’elles subissent de la part de leur conjoint. Parallèlement, nous rencontrons des présidents de communauté et des rabbins pour les sensibiliser à ce problème. Nous avons également, dans le passé, organisé…