Découvrez dès maintenant le numéro de Tenou’a de ce printemps 2019

LA BEAUTÉ QUI DURE

Édito du Rabbin Delphine Horvilleur

Un célèbre sage du XXe siècle, nommé Serge Gainsbourg, aimait dire que la laideur est supérieure à la beauté « parce qu’au moins, elle, elle dure ». Avec humour, il rappelait combien l’apparence peut être éphémère et trompeuse.

La beauté peut-elle tout de même durer ? Oui, si l’on en croit la langue hébraïque. C’est ce que la liturgie juive affirme chaque matin lorsqu’elle énonce : מה†יפה†ירושתנו†Ma Yafa Yeroushatenou, « Comme est beau notre héritage ! » ou, pour le traduire autrement, « la beauté constitue notre patrimoine ». Or, le propre d’un patrimoine est de perdurer et de se transmettre. Non seulement le beau ne passe pas… mais, précisément, il passe de l’un à l’autre, d’une génération à la suivante, pour ne jamais disparaître.

Le beau se dit en hébreu yafe ou yafa יפה†et s’écrit comme un futur : la lettre youd י†ya, marque grammaticalement l’inaccompli et ce qui reste à être, tandis que le mot fe פה†signifie la parole ou la bouche. Bref, la beauté s’écrit dans la langue hébraïque « parole à venir ». Elle est la promesse de s’exprimer encore demain, de ne pas s’éclipser du monde pour celui qui choisit de la voir.

Ce numéro de Tenou’a donne la parole à des rabbins, des chercheurs, des écrivains et des artistes qui interrogent cette notion, loin de sa superficialité. L’exposition du musée d’art et d’histoire du Judaïsme consacrée à Helena Rubinstein nous donne l’occasion de cette exploration, et sans doute, aussi celle de prononcer une phrase particulière ; saviez-vous qu’il existe dans la tradition juive une bénédiction que l’on ne récite que lorsqu’on est témoin de la beauté qui surgit face à nous ?

« Béni sois-Tu Éternel, roi de l’univers, qui as conçu ainsi le monde ».
ברוך אתה הי אלהינו מלך העולם שככה לו העולם

Souhaitons-nous de répéter souvent cette prière, c’est-à-dire d’être témoin d’un monde sans laideur, ou mieux, de contribuer à en construire un.

Enfin, dans ce numéro de Tenou’a, il est aussi question d’Europe. À quelques semaines des élections européennes, n’est-il pas temps de redonner à tous le goût de cette « belle » idée, et nous assurer ensemble qu’elle ne passe pas, mais ait encore un avenir ?

Pour découvrir ce numéro de Tenou’a, abonnez-vous ou achetez le numéro en ligne ou en librairie.