Yom Kippour: « Le prêtre, le prophète et nous », par le rabbin Delphine Horvilleur

Drasha de KOL NIDRE 5779, par le rabbin Delphine Horvilleur C’est l’histoire de Moishé et Yitsh’ok qui se croisent un jour par hasard dans les rues de New York. Cela fait des années qu’ils ne se sont pas vus, depuis la Pologne, depuis le Ghetto, depuis la guerre. Et là, en plein Manhattan, ils se retrouvent, et tombent dans les bras l’un de l’autre. Moishé dit alors à Yitsh’ok : Yitsh’ok ! Comme c’est bon de te voir ! En un mot, dis moi ce que tu deviens… comment ca va ?… Et Yitsh’ok dit : BIEN ! Alors Moishé continue: non, mais, vraiment, dis-moi en deux mots comment ca va … ? Et Yitsh’ok répond : PAS BIEN ! Cette blague, c’est de loin la blague la plus juive que je connaisse. Certains diront qu’elle est une blague purement ashkénaze,…

Sur le divan avec Freud: découvrez le nouveau numéro de Tenou’a

Découvrez le numéro d’automne de Tenou’a Sur le divan avec Freud Un numéro de Tenou’a réalisé en partenariat avec le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme où se tiendra à partir du mercredi 10 octobre 2018 l’exposition « Sigmund Freud, Du regard à l’écoute ». Cet automne, Tenou’a vous propose de faire une visite virtuelle et littéraire dans le cabinet du père de la psychanalyse. Dans ce numéro, des écrivains, des comédiens, des philosophes, des artistes, des rabbins poussent la porte du 19 Berggasse, à Vienne, pour y retrouver la fumée d’un cigare, les objets d’une collection d’antiquités ou l’inquiétante étrangeté d’un divan. S’y allongent avec eux un Moïse qui bégaye, une mère juive inquiète, un fils rebelle de la Bible et bien d’autres encore… Vous pouvez découvrir le sommaire de ce numéro en…

Yom Kippour: Lacan et la voix du shofar

Quand, au moment le plus solennel des fêtes de Tishri, les fidèles entendront le son du shofar déchirer le silence de la synagogue, ils seront peut-être intéressés d’apprendre que des psychanalystes parmi les plus éminents ont été émus par ce son et ont cherché à en comprendre la raison. Intéressés parce que pour eux cette liturgie du shofar, dont ils pressentent l’importance, a tout de même quelque chose d’énigmatique. Les explications de Rashi, de Maïmonide ou des kabbalistes nous laissent, reconnaissons-le, sur notre faim. Écarter Satan ? Allons donc ! Celui-ci a plus d’un tour dans son sac. Ce qu’ils entendent ressemble à une voix déchirante dont on ne sait de qui elle est, ni ce qu’elle dit. Le premier psychanalyste à s’intéresser au shofar fut un des élèves les plus proches…

Rosh Hashana: « SHÉHÉRAZADE, HAGAR ET NOUS… » par le rabbin Delphine Horvilleur

Drasha de ROSH HASHANA 5779 par le Rabbin Delphine Horvilleur   Le poète israélien Yehouda Amihai a écrit un jour ces mots : « Tout au long de l’année, le peuple juif lit à son Dieu le rouleau de la Torah, Chaque semaine un autre passage, une autre Parasha. Exactement comme Shéhérazade racontait des histoires pour sauver sa vie ». Je ne sais pas si je crois au Dieu de Yehouda Amichai, à ce Dieu qui prend les traits du tyran sanguinaire des mille et une nuits… Je ne sais pas si je crois qu’à la manière de Shéhérazade, l’imagination et la capacité à raconter des histoires ont sauvé le peuple juif à travers son Histoire… Mais je sais que chaque année à Rosh Hashana, au tout premier jour du tout premier mois d’une année nouvelle, je me…

Elle n’est pas aux cieux : l’étude aujourd’hui

par David Isaac Haziza « Elle n’est pas aux cieux, que tu dises : Qui montera dans les cieux pour nous la rapporter et nous la faire entendre afin que nous l’observions ? » Deutéronome, 30 : 12   L’approche critique des textes Depuis Spinoza, s’affrontent deux écoles d’interprétation, l’une, que l’on pourrait qualifier de philologique, l’autre, de midrashique, ou d’herméneutique. La critique biblique, née à la fin du XVIIIe siècle dans le sillage de la philosophie des Lumières – et, au-delà, du Traité théologico-politique – est d’essence philologique. Qu’est-ce que la philologie ? C’est rechercher le sens précis du mot, non pour nous mais dans son horizon propre. La philologie contextualise. Elle propose une archéologie du langage. Avec elle, le chevreau que l’on ne cuit pas dans le lait de sa mère est un chevreau, point. De ce…

Inscrivez-vous à la prochaine rencontre de l’Atelier Tenou’a

Après la pause estivale, L’Atelier Tenou’a autour du rabbin Delphine Horvilleur revient pour une deuxième saison. Les inscriptions à la première rencontre de cette saison sont désormais ouvertes. Nous nous retrouverons le mardi 4 septembre à 20 heures à Paris. Pour vous inscrire, merci de cliquer sur le lien ci-dessous. Atelier du 4 septembre 1 place, tarif normal €20,00 EUR1 place, tarif de soutien €50,00 EUR1 place, tarif réduit €10,00 EUR Le prix demandé pour participer à cette rencontre est de 20 euros par personne. Ce montant est calculé au plus juste pour permettre la tenue de ces rencontres. Un tarif réduit à 10 euros est ouvert aux étudiants et aux personnes en difficulté. N’hésitez pas à opter pour le tarif de soutien à 50 euros et permettre ainsi le développement de L’Atelier…

9 Av: la haine gratuite, par le rabbin Delphine Horvilleur

9 AV 5778 : SINAT H’INAM Tisha be’Av et la haine gratuite Delphine Horvilleur Rabbin du MJLF   Vous souvenez-vous de la « faute des explorateurs » dans la Torah ? Moïse envoie douze hommes pour explorer la Terre promise et en faire le récit aux Hébreux. Mais ce qu’ils y trouvent ne leur plaît pas et, découragés, dix d’entre eux (tous sauf Josué et Kaleb) parviennent, par leur récit, à démoraliser un peuple tout entier dans le désert. Cet épisode est considéré par nos sages comme une faute extrêmement sévère de nos ancêtres, et il aurait eu lieu à une date bien précise. Selon les rabbins, le récit des explorateurs s’est tenu le neuvième jour du mois de Av. Cette date, le 9 Av ou Tisha be’Av, jouit d’une grande notoriété puisque c’est la date…

Nouveau numéro de Tenou’a: « Vous avez dit SIONISTE? »

Nouveau numéro de Tenou’a « Vous avez dit sioniste?«  Été 2018, #172 ESPÈCE DE SIONISTE L’édito du Rabbin Delphine Horvilleur Comment en sommes-nous arrivés là ? À ce qu’un mot se charge de tant de haine et devienne pour certains l’insulte suprême, le nom de code de tous les maux ou de tous les complots, l’habit lexical d’un antisémitisme ré/dé-généré, le coupable idéal qui fédère des gens pas toujours bien intentionnés… Il arrive que des mots voyagent et changent de sens mais celui-là est devenu un intraduisible, un terme sur lequel plus personne ne tombe d’accord, pas même ceux qui s’en revendiquent. Alors oui, comme beaucoup d’entre vous, je suis une « espèce » de sioniste, une espèce parmi beaucoup d’autres mais pas une espèce en voie de disparition. Je le suis toujours…

Yentl et les mathématiques célestes

Yentl is back – Épisode 12 – Un feuilleton littéraire de Sonia Sarah Lipsyc Yentl et les mathématiques célestes [1]? Quand est née Yentl ? Yentl quelle est ta date de naissance ? Quelle étrange question de mon porte-plume ! N’avait-on pas  déjà eu cette conversation lors d’une précédente rencontre ?! Ou devrai-je dire épisode puisque mon porte-plume vous relate tous nos échanges, ou presque, et vous les propose sous forme d’un feuilleton. C’est curieux d’ailleurs de se retrouver d’une séquence à l’autre moi qui n’étais habituée à n’exister que dans une nouvelle. Eponyme toutefois. Changement de casting que j’ai bien souhaité en m’échappant de mon texte… Et là, au moment où je vous parle – et à mon porte-plume aussi, sinon comment seriez vous au parfum de ma jasette ? … Elle, feuillette son manuscrit, en…

LIVRES: Autour du « Troisième temple » de Yishaï Sarid

Israël et l’apocalypse à venir Le troisième temple, de Yishai Sarid par David Isaac Haziza Il est des livres dont la lecture meurtrit. D’autres dont la lecture sauve. Le troisième temple, récemment paru chez Actes Sud dans une traduction française de Rosie Pinhas-Delpuech, meurtrit, c’est sûr. Peut-être sauvera-t-il aussi. En tout cas, un événement s’est produit dans la littérature hébraïque, dans la littérature mondiale, un événement qui fera date. Le troisième temple, c’est le récit à la première personne d’une plongée dans l’abîme de la foi : l’État d’Israël est devenu une monarchie théocratique, le Temple a été reconstruit, les mosquées détruites, le Sanhédrin ressuscité condamne déviants, criminels ou blasphémateurs à mort, les « Amalécites » sont exterminés ou systématiquement expulsés, les sacrifices ont été réinstaurés. Théocratique, c’est d’ailleurs au sens strict qu’il faut ici…