LE SCHMAT DOUDOU

Comme un voyage d’été, Tenou’a vous invite à (re)lire des pépites de numéros passés, sur la plage, au bord d’un ruisseau ou en terrasse d’un café amical. Le « Schmat Doudou » ou le recyclage comme art de vivre juif Autour du conte de Muriel Bloch Anna Klarsfeld Article paru dans le numéro 176, été 2019: Texte et textile. On l’a tous eu, ce bout de tissu déchiré, cette peluche en lambeaux, cette poupée désarticulée que nous ne voulions jamais quitter. Le doudou, quoi de plus universel ? À travers le conte pour enfants du Schmat doudou, Muriel Bloch nous en offre une preuve éclatante puisque son succès a largement dépassé nos frontières, s’exportant jusqu’en Corée. Pourtant, comme son nom l’indique d’emblée, ce doudou-là vient bien de quelque part : il est même solidement…

Je suis sioniste – Poème polyphonique

Comme un voyage d’été, Tenou’a vous invite à (re)lire des pépites de numéros passés, sur la plage, au bord d’un ruisseau ou en terrasse d’un café amical. Je suis sioniste Poème polyphonique Delphine Horvilleur, Jean-François Strouf, Robert Ley, Valérie Zenatti, Dov Maïmon, Rosie Pinhas-Delpuech, Valérie Hasson-Benillouche Article paru dans le numéro 172, été 2018: Vous avez dit « sioniste »? Delphine Horvilleur JE SUIS SIONISTE PARCE QUE … je crois que l’existence d’Israël crée une situation inédite pour le peuple juif, le laboratoire d’une souveraineté qui reste à inventer, et la promesse d’une protection pour les juifs du monde entier, qu’ils choisissent ou non d’y vivre. … je crois qu’il n’existe pas un mais des sionismes et le mien ne conçoit pas Israël comme une résolution de la question juive ou une normalisation identitaire….

Emilie Frèche – République: T’aimer toujours?

Comme un voyage d’été, Tenou’a vous invite à (re)lire des pépites de numéros passés, sur la plage, au bord d’un ruisseau ou en terrasse d’un café amical. République: T’aimer toujours? Émilie Frèche Article paru dans le numéro 163, printemps 2016: Lettres à la France Écrivaine et scénariste, Émilie Frèche s’engage dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Elle a notamment signé le documentaire 24 Jours, la vérité sur la mort d’Ilan Halimi, et écrit Vivre ensemble (Stock, 2018) ou La Mort d’un pote (Panama, 2006). Chère France, Du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours demandé pourquoi, après la guerre, et alors qu’elle avait été envoyée dans les camps par ta police, la famille de ma mère avait choisi de se réinstaller sur ta terre. Pouvait-elle encore avoir confiance en toi ? T’aimer…

Pascal Monteil: « Ces restes de nous »

Comme un voyage d’été, Tenou’a vous invite à (re)lire des pépites de numéros passés, sur la plage, au bord d’un ruisseau ou en terrasse d’un café amical. Cette semaine, retrouvons le travail de Pascal Monteil, un artiste français dont l’art se brode au fil de fresques tendres et rugueuses. Ces restes de nous Pascal Monteil Article paru dans le numéro 176, été 2019, « Texte et textile. » Pascal Monteil fut un jour un polyartiste digital qui triturait ses photos, les amoncelait, les torturait, mettait en scène, peignait, s’inspirant des arts et des mondes embrassés au gré de voyages jamais réellement achevés. Depuis quelques années, l’ordinateur ne sert plus guère et Pascal Monteil travaille à l’aide de fils, de laine, de pièces de tissus. Il coud, il pique, il noue sur des toiles jamais…

La santé comme une idole – par David Isaac Haziza

Retrouvez cet article dans le numéro 180 de Tenou’a, « Au (re)commencement » Avec l’avènement de la pandémie, la santé n’a-t-elle pas été sacralisée comme si elle était la vie même? Une vie sans danger, sans excès, sans audace, une vie sans la mort. Une célèbre discussion survenue entre les Sages de Rome et ceux d’Israël est citée dans la Mishnah, au traité Avodah Zarah : « S’Il a en haine l’ idolâtrie, demandent les premiers aux seconds, pourquoi ne pas la détruire ? » C’est que, répondent les rabbins, « c’est le monde entier qui serait anéanti », les idolâtres vénérant d’ordinaire les entités constitutives de l’univers, le soleil, la lune, les étoiles, les êtres les plus nécessaires à la pérennité du monde. Au fond, que sont les idoles sinon des manifestations, des…

Peindre durant le confinement – par Gideon Rubin

Retrouvez cet article dans le numéro 180 de Tenou’a, « Au (re)commencement » Ralentir, réfléchir, retrouver Pour le peintre israélien Gideon Rubin, qui partage sa vie entre Londres, Tel Aviv et Hong Kong, ce confinement marque une pause, une décélération dont les résultats en studio le surprennent. Une chose est sûre : en tant qu’artiste, on s’adapte très bien à être confiné. D’une certaine façon, ceci est notre état naturel, notre modus operandi. J’imagine que c’est différent pour chaque artiste mais, pour moi, la peinture apparaît souvent comme un projet solitaire. Quand tout ceci a débuté, je venais de rentrer à Londres de New York et Jérusalem où j’exposais. En fait, l’expo de la Jerusalem Artist House n’a été ouverte qu’une petite semaine avant de devoir fermer. Voyager et traverser des aéroports à moitié…

Vel d’Hiv – par Serge Klarsfeld

Les 16 et 17 juillet 1942 avait lieu la rafle du Vel d’Hiv. 78 ans plus tard, nous vous proposons de relire cet article de Serge Klarsfeld, paru initialement dans le numéro hors-série de Tenou’a de 2014: « À la rencontre de mon grand-père » La mémoire est indispensable à l’histoire. De toutes les mémoires qui s’accumulent autour d’un événement important, l’historien extrait des éléments importants qui donnent à l’événement son authenticité à travers la diversité des témoignages. L’historien a un avantage sur les mémorialistes et cet avantage lui permet d’expliquer l’événement et souvent d’en dire le comment et le pourquoi et de le rétablir dans son contexte historique méconnu par celui qui l’a vécu. Il sait qui et ce qui tire les ficelles du destin de la marionnette qui ne peut témoigner que…

DÉLIT DE FACIÈS – par Gabriel Abensour

Retrouvez cet article dans le numéro 180 de Tenou’a, « Au (re)commencement » On l’a lu, partout, on l’a vu sur toutes les chaînes, les Juifs ultraorthodoxes, les “harédim”, ne respectent pas le confinement, ne respectent pas grand-chose, d’ailleurs, si ce n’est leurs maîtres. Et si les choses étaient bien plus complexes et nuancées ? « Un peuple « vivant » dont toute la force collective réside dans sa capacité à gémir ; à se cacher jusqu’à ce que passe la tempête ; à se détourner de son frère misérable et à récolter quelques broutilles en cachette ; à se frotter aux gentils pour gagner sa vie tout en se plaignant de leur perfidie – Aucun Dieu ne voudra rendre justice à un tel peuple, car celui-ci n’en est pas digne. » Yosef Hayim Brenner, Anthologie, Tel-Aviv, 1985,…

Soigner avec les yeux – par le rabbin Delphine Horvilleur

Retrouvez cet article dans le numéro 180 de Tenou’a, « Au (re)commencement » À l’image de la couverture de ce numéro de Tenou’a, que ferons-nous de notre regard maintenant que nous pouvons à nouveau le poser sur le monde ? Saurons-nous le rendre constructif et non destructeur ? Depuis des semaines, je relis le même épisode du Talmud. La légende est célèbre : c’est celle d’un homme qui vivait au deuxième siècle de notre ère en Galilée et avait pour nom Rabbi Shimon Bar-Yoh’ai. Accusé par les autorités romaines de trahison et menacé de mort, il se réfugia dans une grotte et y vécut avec son fils, douze années entières, sans aucun contact avec le monde extérieur. Immergés tous deux dans la Torah, de jour comme de nuit, ils sont le modèle talmudique du…

Simone Veil, une femme révoltée – entretien avec David Teboul

Durant plusieurs années, l’écrivain et réalisateur David Teboul a rencontré très régulièrement Simone Veil. Devenu son ami, il filme, photographie, prend des notes lorsque Simone Veil rencontre ceux qu’elle a connus en déportation. Il en sort un ouvrage singulier et précieux, un témoignage touchant et sobre de la vie d’une des figures les plus marquantes du vingtième siècle français: L’aube à Birkenau. Pour le numéro hors-série publié à l’occasion de Yom HaShoah cette année, Tenou’a a rencontré David Teboul pour parler de ce livre et de cette rencontre. VOUS RACONTEZ COMMENT VOUS AVEZ BEAUCOUP INSISTÉ POUR RENCONTRER SIMONE VEIL, COMMENT LORS DE CETTE PREMIÈRE RENCONTRE, VOUS LUI PARLEZ DE SON CHIGNON, COMMENT CELA CRÉE UNE RELATION PARTICULIÈRE ENTRE VOUS… Quand nous nous sommes rencontrés, ce n’était pas tant moi qui rencontrais Simone…