Soigner avec les yeux – par le rabbin Delphine Horvilleur

Retrouvez cet article dans le numéro 180 de Tenou’a, « Au (re)commencement » À l’image de la couverture de ce numéro de Tenou’a, que ferons-nous de notre regard maintenant que nous pouvons à nouveau le poser sur le monde ? Saurons-nous le rendre constructif et non destructeur ? Depuis des semaines, je relis le même épisode du Talmud. La légende est célèbre : c’est celle d’un homme qui vivait au deuxième siècle de notre ère en Galilée et avait pour nom Rabbi Shimon Bar-Yoh’ai. Accusé par les autorités romaines de trahison et menacé de mort, il se réfugia dans une grotte et y vécut avec son fils, douze années entières, sans aucun contact avec le monde extérieur. Immergés tous deux dans la Torah, de jour comme de nuit, ils sont le modèle talmudique du…

Simone Veil, une femme révoltée – entretien avec David Teboul

Durant plusieurs années, l’écrivain et réalisateur David Teboul a rencontré très régulièrement Simone Veil. Devenu son ami, il filme, photographie, prend des notes lorsque Simone Veil rencontre ceux qu’elle a connus en déportation. Il en sort un ouvrage singulier et précieux, un témoignage touchant et sobre de la vie d’une des figures les plus marquantes du vingtième siècle français: L’aube à Birkenau. Pour le numéro hors-série publié à l’occasion de Yom HaShoah cette année, Tenou’a a rencontré David Teboul pour parler de ce livre et de cette rencontre. VOUS RACONTEZ COMMENT VOUS AVEZ BEAUCOUP INSISTÉ POUR RENCONTRER SIMONE VEIL, COMMENT LORS DE CETTE PREMIÈRE RENCONTRE, VOUS LUI PARLEZ DE SON CHIGNON, COMMENT CELA CRÉE UNE RELATION PARTICULIÈRE ENTRE VOUS… Quand nous nous sommes rencontrés, ce n’était pas tant moi qui rencontrais Simone…

Nouveau numéro de Tenou’a : « Au (re)commencement »

Cet été, Tenou’a s’intéresse, en partenariat avec l’AJC, à ce qui vient de nous arriver, à ce qui nous arrive encore.  Retrouvez très bientôt ce numéro chez vous. Les éditos Bereshit Rabbin Delphine Horvilleur, directrice de la rédaction de Tenou’a C’est peut-être le mot le plus célèbre de la Bible, le tout premier mot qui inaugure en hébreu la genèse du monde. Bereshit. Ces six lettres en hébreu, personne ne sait vraiment les traduire. « Au commencement ? Au début ? En principe ? … » Et ce mot est porteur de mille sens et d’infinies traductions. C’est comme si chaque lecteur était un relecteur et donc un interprète, c’est-à-dire un créateur de sens. Mais à chaque époque et chaque relecture, les commentateurs butent sur un détail surprenant : la Bible ne…

Le tour du monde dans une casserole – par Chloé Saada

© Izabella Volovnik, “I’m Not Like Other Girls (said the Coronavirus)”, from the series “Insulating Material” - www.facebook.com/bvolk.bella

Retrouvez cet article dans le numéro 180 de Tenou’a, « Au (re)commencement » Le confinement fut l’occasion, pour beaucoup, de redécouvrir le plaisir de cuisiner et de manger ensemble. Chloé Saada a découvert une autre convivialité avec le partage de ses recettes sur les réseaux sociaux et les échanges que cela suscite. Et pour faire le plat de sa mère pour Pessah, elle a dû « télécuisiner ». Pendant cette étrange période de confinement, pourquoi avons-nous eu autant envie de préparer des plats longuement mijotés, avec plusieurs étapes, des plats familiaux, ceux qu’on fait traditionnellement pour recevoir au moment où, justement, on ne peut plus inviter personne ? Est-ce une façon de conjurer le sort ? ou de nous réconforter ? Ou simplement parce que nous avons le temps… Sûrement un peu des trois….

Les enfants de Mathusalem – par Jérôme Guedj

© Nadav Naor, Untitled, 2015 - Courtesy Gordon Gallery, Tel Aviv - www.gordongallery.co.il

Retrouvez cet article dans le numéro 180 de Tenou’a, « Au (re)commencement » Et soudain le monde entier (re)découvrit les vieux à l’aune d’une crise sanitaire sans précédent et un virus particulièrement âgiste : ses victimes sont très majoritairement les personnes âgées, et particulièrement les plus fragiles (90 % des décès concernent les plus de 65 ans, et la moitié des quelque 28 000 morts en France à l’heure où j’écris ces lignes sont des résidents d’Ehpad). Dans la communauté juive, les embrassades et effusions des festivités de Pourim ont fait des ravages parmi les anciens (mes pensées vont à cet instant à la mémoire de mon ami Joseph Zerbib de Massy). La Covid nous oblige donc à regarder ce que nous interdit bien souvent notre déni intime du vieillissement, que prolonge un déni…

Hommage à Henri Kichka

À l’âge de 94 ans, Henri Kichka, le père de l’auteur et dessinateur Michel Kichka, est mort. « Un petit Coronavirus microscopique a réussi là où toute l’armée nazie avait échoué », écrit son fils Michel sur son blog-note. Depuis les années quatre-vingts, Henri Kichka était un infatigable témoin de sa survie dans l’horreur des camps. En septembre 1942, il est déporté de Belgique avec sa famille. Il sera interné à Sarkau, Klein-Margersdorf, Tarnowitz, Sint-Annaberg, Shoppinitz et finalement en 1943 dans le camp annexe d’Auschwitz IV (Blechhammer), où lui est tatoué le numéro 177789. En janvier 1945, il survit à une marche de la mort vers Gross-Rosen puis est envoyé à Buchenwald. Il a 18 ans en avril 1945 lorsque les camp est ouvert par les Américains. Son père Josek est encore avec lui alors mais meurt quelques…

Yom HaShoah 2020: numéro spécial de Tenou’a

Comme chaque année, Tenou’a publie un numéro spécial à l’occasion des cérémonies de Yom HaShoah. Cette année, en raison du confinement imposé par la situation sanitaire mondiale, la lecture ininterrompue des Noms des Déportés Juifs de France ne se fera pas en public sur le parvis du Mémorial de la Shoah à Paris ni dans les autres lieux publics où elle devaient avoir lieu en France. Pour autant, les noms seront prononcés et vous pourrez les entendre. Dès lundi 20 avril à 19 heures, vous pourrez, sur le site  du Mémorial de la Shoah ou sur www.yomhashoah.fr,  suivre les discours introductifs puis, à 19h30, des captations vidéo des lectures de 2017 et 2018 des convois qui devaient être lus cette année. Ce numéro a été réalisé avec le soutien de nos partenaires:…

TENOU’ALIVE EN DIRECT

TENOU’ALIVE DU MARDI 7 JUILLET: « FAIRE TOMBER LES STATUES ? »

Nouveau numéro de Tenou’a: « Alcootexte »

Ce printemps, Tenou’a vous propose d’explorer les vapeurs d’alcool qui entourent parfois nos textes et nos traditions.  L’édito du rabbin Delphine Horvilleur Cépages et ces pages Je suis une enfant de la Champagne. J’ai grandi près d’Épernay, au coeur des vignes, dans un village dont la vie était rythmée par l’activité viticole et les vendanges. Très jeune, il m’a semblé que le vin racontait une histoire à nulle autre pareille, celle du dialogue subtil entre nature et culture, entre l’oeuvre de fermentation naturelle et le talent des hommes à créer un puissant assemblage. Le Talmud et la vie rituelle juive l’énoncent à leur manière en bien des circonstances. C’est avec le vin et le fruit de la vigne que l’on sanctifie le temps qui passe, et chaque kiddoush vient raconter la conscience…

ODETTE SPINGARN : « Au revoir tout le monde »

Ce mercredi 25 mars 2020, 29 Adar 5780 se tenaient les funérailles d’Odette Spingarn au cimetière du Montparnasse à Paris. En raison du confinement provoqué par la pandémie qui sévit, ce furent des funérailles à huis-clos familial. Toutefois deux femmes, deux rabbins, Pauline Bebe et Delphine Horvilleur y étaient présentes pour rendre hommage à cette femme exceptionnelle, cette survivante de la Shoah au cœur grand ouvert. Nous vous proposons de retrouver ici les textes prononcés par les rabbins Bebe et Horvilleur.   L’hommage du rabbin Delphine Horvilleur L’hommage du rabbin Pauline Bebe   Texte prononcé par le rabbin Delphine Horvilleur  Delphine Horvilleur est rabbin de JEM-Judaïsme en Mouvement et directrice de la rédaction de Tenou’a. La scène se passe le jour de l’arrestation d’Odette et de ses parents, le 31 mars 1944. Son…